Le Carnaval

D’où vient le mot Carnaval ? Cette question posée à maints savants a donné lieu à de singulières réponses, et il a été présenté sur ce mot des étymologies que le facile Ménage n’aurait jamais voulu accepter ; force donc a été d’en revenir à Ducange et de dire avec lui : Carna vale ; adieu la chair.

Jean de Ruiz, poète espagnol qui vivait sous le règne d’Alphonse-le-Sage (XIIIe siècle), a publié la légende de la guerre entre dom Carnaval et dom Carême.

Carnaval,ayant été vaincu la nuit du mercredi des Cendres, reste malade jusqu’à la semaine sainte. Ses forces reviennent alors et le mettent en état de se battre. Secondé d’un brave athlète qui est le seigneur Déjeûner, il envoie un cartel à Carême, et le jour de Pâques est marqué pour le jour du combat. Carême, se trouvant faible, s’habille en pèlerin, et, pour éviter un duel qui l’inquiète, se sauve le samedi saint.

Le bon Bruneau de Tartifume, dans son Philandinopolis, rapporte ainsi les plaisirs auxquels nos pères se livraient à l’époque du Carnaval :

Après les Rois suit le Carême-prenant que les Latins appeloient Bacchanalia, que les Italiens appelent à présent Carnaval ; les Hespagnols, Carnestoliendas ; et les Gascons, Carmentran. Auquel temps se font en Anjou mille plaisantes parties. La noblesse y tire la dague, combat à la barrière, faict tournois et mascarades, afin de donner plaisir aux dames et damoiselles. Les aultres vont biller le lard et le plus souvent les paroisses se défient les unes les aultres. Quelques-uns courent la pelotte, et les aultres virent les crespes avec lesquelles se mangent les collations garnies de langues de bœuf, de pastés, de tartres, de tourteaux feuilletés, de poupelins, de macquarons, de confitures, de dragées, d’amandes, de pommes, de poires et de fromages de Hollande, d’Auvergne et de Milan. Les nuictées s’y passent en dances, bals et ballets, lesquels bals se continuent par le moyen d’un boucquet qui se présente à celuy qu’on présuppose estre content de payer les violons, lequel se redonne à une fille ou damoiselle qui doict avoir le soin de trouver une salle et siège pour recepvoir la compagnie.

Au sujet du Carême-prenant nous trouvons dans l’Année littéraire de 1756 un article très-peu connu, de Fréron, qui nous paraît assez curieux pour être rapporté ici.

Gresset n’a point, dans son charmant poème du Carême impromptu, mis en vers une fable faite à plaisir.

Le père Jacson fut le missionnaire de l’île d’Ouessant. Après avoir particulièrement instruit le chef de ces insulaires, il le mena à Quimper où on le fit prêtre et recteur de son île ; c’est le nom que l’on donne aux curés de cette province. Celui-ci, homme simple, allait tous les ans à Brest, en novembre ou en décembre, pour y faire ses emplettes, surtout celle d’un almanach, guide unique et précieux qui lui indiquait les quantièmes des mois où tombaient les fêtes mobiles. Il fit, je ne sais quelle année, un temps si affreux, qu’il lui fut impossible de s’embarquer avant la fin de mars ; et cependant on avait fait jusqu’alors et l’on faisait toujours gras dans l’île, à l’exemple du recteur ; tandis que toute la chrétienté jeûnait ou du moins devait jeûner. Notre pasteur apprend à Brest qu’on est dans la semaine de la Passion ; il se pourvoit de tout ce qui lui est nécessaire, et se hâte de retourner chez lui. Il monte en chaire le dimanche de la semaine sainte, et annonce à son troupeau l’erreur involontaire qu’il a commise. Mais, dit-il, le mal n’est pas grand, et nous rattraperons bientôt les autres fidèles. Pour que tout se passe dans les règles, ajouta-t-il, les trois jours gras seront aujourd’hui, demain et mardi ; le jour des Cendres, mercredi, nous ferons abstinence le reste de la semaine, et dimanche nous chanterons Alleluia.

Soland, Aimé deBulletin historique et monumental de l’Anjou, Angers, 1858, Cinquième Année, I, pp. 4-6.


Illustration : Pieter Bruegel l’Ancien, Le combat de Carnaval et Carême, 1559

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s